Anonymes

Le métro est un non lieu. Les gens passent sans se croiser, sans se voir.
Les flux de passages se multiplient, se superposent. Tout le monde reste anonyme, chacun trace son chemin.
Qui sont ces gens ? À qui sont ces pieds ?

Édition en rhodoïdes, 70 pages.
Mars 2016